top of page

L’alimentation du chiot

Dernière mise à jour : 8 mars 2023



La croissance : objectifs nutritionnels


Dès sa naissance, et ce jusqu’à la fin de sa croissance (entre 10 et 18 mois selon le format du chien), le chiot a des besoins bien spécifiques ; en effet, c’est dans cette période cruciale que l’on observe notamment :

  • La croissance des os

  • Le développement de la masse musculaire

  • Le changement de pelage

  • Le développement du système immunitaire


Tous ces changements font que le besoin énergétique du chiot est très élevé : il lui faut donc un aliment riche, et notamment enrichi en protéines de bonne qualité.

La croissance des os nécessite également un apport en calcium conséquent.

Le mode d’administration

Il est important de fractionner les repas du chiot, et ce pour 2 raisons :

  • La masse grasse est quasi nulle chez le jeune chiot : il n’a donc que très peu de réserves d’énergie, et est plus sensible à l’hypoglycémie ;

  • Les quantités d’aliment à apporter pour couvrir les besoins du chiot sont importantes : il est donc difficile d’ingérer une aussi grosse quantité en une seule prise.

De manière générale, il est conseillé de fractionner la ration journalière en 3 prises, et ce jusqu’à la fin du pic de croissance (8 mois). Ensuite, il est possible de passer à 2 repas par jour jusqu’à la fin de la croissance.


On se pose souvent la question des quantités de croquettes à donner à un chiot ; le plus simple est d’opter pour une administration en semi-volonté : on laisse la gamelle à volonté pendant 15 minutes ; passé ce délai, on retire la gamelle. Le chiot se régule et absorbe de lui même la quantité nécessaire selon ses besoins.

Cette méthode n’est pas adaptable à tous, il est évident qu’elle ne marche pas sur certains chiots « gloutons » ; rapprochez vous alors de votre vétérinaire qui vous calculera les quantités exactes de croquettes à donner selon son poids de forme et son stade croissance.



Les erreurs à éviter


Il est important de choisir un aliment de qualité ; évitez donc les aliments qui restent flous sur la source de protéine (« viandes animales ») et dont l’étiquetage n’est pas détaillé.

Même si l’apport protéique est important, évitez les excès : un aliment à plus de 35% de protéines, ou une alimentation à base uniquement de viande (BAARF) peut avoir des effets néfastes sur la croissance osseuse, voire être catastrophique (fractures spontanées, calcifications). Ces anomalies de croissances sont souvent définitives et ne peuvent plus être corrigées par la suite.



Auteur : Camille, Docteur Vétérinaire. Découvrir l'équipe

47 vues0 commentaire

コメント


bottom of page