top of page

Le développement comportemental du chiot : conséquences sur l’éducation.

Dernière mise à jour : 8 mars 2023

Le cerveau est composé de cellules, appelées NEURONES, qui se connectent entre elles pendant la phase de développement comportementale, c’est à dire jusqu’à la puberté. Les informations circulent entre les neurones grâce à des substances chimiques nommées NEUROMÉDIATEURS.


La stimulation précoce du chiot, dans de bonnes conditions, permet le bon développement du système nerveux et donc du comportement.

En l’absence de bonnes conditions, le cerveau va mal s’organiser et des Troubles du développement comportemental vont se mettre en place. L’éducation devient alors difficile et il est possible d’être perturbé par un chiot que les maîtres ne comprennent plus.









Exemples d’anomalies du développement :


SAM : est un jeune labrador de 6 mois. Il est très gentil mais très agité. Il détruit tout, il saute sur tout le monde, fait mal même en jouant, mordille beaucoup. Il est infatigable… mais très fatigant pour ses maîtres.

Peut-être que SAM n’a pas appris à se canaliser, à gérer sa motricité et ses émotions. Il n’a peut-être pas acquis les auto-contrôles. Il est possible que son cerveau ne soit pas capable de comprendre les limites. Il souffre peut-être du SYNDROME HYPERSENSIBILITÉ-HYPERACTIVITÉ


MIRA : est une petite chienne Beauceron de 5 mois. Elle a du mal à s’adapter chez ses nouveaux maîtres. Elle est très craintive, ne se laisse pas approcher par des étrangers. Elle a peur de sortir seule et panique au moindre bruit.

MIRA n’a peut-être pas été mise en confiance ou suffisamment stimulée ou socialisée. Son anxiété est peut-être le signe d’un SYNDROME DE PRIVATION.

Ces comportements inadaptés sont de véritables affections qui nécessitent souvent une prise en charge médicale et en même temps une rééducation comportementale.




Pour prévenir ces troubles, voici quelques conseils pour les nouveaux maîtres :


A FAIRE :

  • Favoriser les apprentissages positifs.

  • Faire des sorties précoces.

  • Mettre le chiot en contact avec un maximum de stimuli.

  • Faire des jeux organisés.

  • Favoriser un lien d’attachement apaisant entre le maître et le chiot


A NE PAS FAIRE :

  • Eviter les systèmes trop punitifs.

  • Ne pas autoriser les mordillements.

  • Ne pas faire des jeux trop stimulants.

  • Ne pas provoquer un hyper attachement.

  • Ne pas surprotéger le chiot face à d’autres chiens et les laisser communiquer.



CONCLUSION :

Le développement comportemental du chiot est lié aux interactions précoces entre le chiot et son environnement. Ces interactions doivent être de qualité. La mère des chiots, l’éleveur, puis les nouveaux maîtres ont donc un rôle prépondérant. En cas de doute sur l’attitude d’un chiot une aide par un vétérinaire comportementaliste peut s’avérer nécessaire.


Auteur : Dr Doidy. Découvrir l'équipe

33 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Yorumlar


bottom of page