top of page

L'identification des animaux de compagnie

L’identification des carnivores domestiques


L’identification des animaux de compagnie est obligatoire, depuis 1999 pour les chiens âgés de plus de 4 mois, et 2012 pour les chats âgés de plus de 7 mois.

Elle peut se faire par tatouage, généralement dans l’oreille, ou par implantation d’une puce électronique.


L’identification électronique se généralise de plus en plus :

- sa mise en place est simple : pas d’anesthésie générale, implantation quasiment indolore, en cours de consultation ;

- elle est obligatoire pour le passage des frontières et la délivrance du passeport : un animal tatoué doit donc recevoir en plus une puce électronique en cas de déplacement à l’étranger ;

- elle est obligatoire pour tous les chiens de catégorie 1 et 2 (passeport obligatoire pour ces chiens) ;

- elle est inaltérable, infalsifiable, et ineffaçable : contrairement au tatouage dont la lecture peut s’avérer complexe puisqu’il peut devenir illisible avec le temps ; pour la puce, un simple lecteur permet d’obtenir le numéro d’identification de l’animal.



La puce électronique


Il s’agit d’un petit transpondeur, de la taille d’un grain de riz, codé avec un numéro à 15 chiffres, qui se place sous la peau de l’animal.

Le code est unique, et enregistré dans un fichier national (Icad) auquel les professionnels (vétérinaires, refuges, mairies) ont accès. C’est grâce à ce fichier que l’on peut retrouver facilement les coordonnées d’un propriétaire.


Dernièrement, certaines puces électroniques sont également équipées d’un capteur de température ; la lecture de la puce communique ainsi le code d’identification, mais également la température corporelle de l’animal, ce qui peut être très intéressant lors d’un suivi rapproché (notamment en cours d’hospitalisation).


Comment s’implante la puce électronique ?


La pose est très rapide, et quasiment indolore pour l’animal. Seuls les vétérinaires sont habilités à implanter une puce électronique.

Ils utilisent pour cela un trocard, que l’on introduit sous la peau de l’animal, du côté gauche de l’encolure.

La puce est très bien tolérée par l’animal, car elle n’entraine aucune réaction de rejet ou d’allergie.

Après avoir implanté la puce, le vétérinaire enregistre l’animal au fichier national (Icad), avec les coordonnées du propriétaire. Ce dernier reçoit par la suite la carte d’identification, résumant les informations de l’animal et du détenteur.

Cette carte est à conserver obligatoirement toute la vie de l’animal. Elle doit également le suivre en cas de vente ou don afin de permettre au nouveau propriétaire de réaliser les modifications nécessaires (changement de coordonnées auprès du fichier Icad).


Pourquoi identifier son animal ?


Dans un premier temps, pour se mettre en conformité avec la loi : en effet, comme dit précédemment, l’identification des carnivores domestiques est obligatoire. La non identification est punie d’une amende de 135 euros.


L’identification est indispensable pour retrouver votre animal en cas de vol ou de perte. En effet, tout animal trouvé est soit amené chez un vétérinaire, soit dans un refuge ou une fourrière ; dans chacun de ces établissement, un lecteur est passé systématiquement sur le corps de l’animal, afin de pouvoir y trouver le numéro d’identification de l’animal. C’est ainsi que l’on peut retrouver le propriétaire.


Par ailleurs, pour tout animal présenté pour la première fois chez un vétérinaire, l’examen complet inclus un passage systématique du lecteur de puce ; cela permet de lutter contre le trafic illégal, le vol, ou de mettre en évidence l’absence de mise à jour des coordonnées des propriétaires.


Enfin, pour les chats, différents outils comme la gamelle électronique ou la chatière électronique s'ouvrent grâce à la lecture de la puce électronique ; cela permet donc de

- limiter l'accès à la maison aux chats dont la puce a été enregistrée dans le cas de la chatière

- donner des aliments différents à des chats ayant chacun des alimentations spécifiques dans le cas de la gamelle électronique.




Et pour les NAC ?


Les furets font parties des carnivores domestiques : ainsi, au même titre que le chien et le chat, l’identification est obligatoire. Ils sont donc également répertoriés sur le fichier Icad.


Pour les NACs domestiques (cobaye, lapin et chinchilla), l’identification n’est pas obligatoire mais vivement recommandée. Elle est cependant obligatoire pour tout déplacement dans l’Union Européenne.


Pour les perroquets, les tortues et autres reptiles, ces animaux font partie de ce que l’on appelle la faune sauvage détenue en captivité ; ils doivent donc à ce titre être obligatoirement identifiés. Une puce électronique spécifique à la faune sauvage est alors implantée, et les animaux sont répertoriés au fichier Ifap (Identification de la Faune sauvage Protégée).


Mise en place d'une puce électronique chez un perroquet (anesthésie obligatoire ici)


Combien ça coûte ?


Le prix est variable d’une structure à l’autre, il est donc important de vous rapprocher de votre vétérinaire pour connaître le coût d’une implantation de puce électronique.


A la clinique de la Porte d’Aspe, le coût de la pose est de :

- 69 euros pour un chien

- 59 euros pour un chat

- 59 euros pour un NAC

Ce prix inclus la pose de la puce et l’enregistrement de l’animal au fichier correspondant.


108 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page